Discours du Ministre du Budget sortant

285

Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement ;

Monsieur le Ministre Directeurs de Cabinet du PRG

Monsieur le Ministre du Budget ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Messieurs les Secrétaires Généraux ;

Mesdames et Messieurs les Chefs de Cabinet ;

Mesdames et Messieurs les Cadres et Agents du Ministère du Budget ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs ;

C’est avec une grande émotion et un sentiment empreint de fierté et de devoir accompli que je prends la parole en cette cérémonie solennelle de passation de service. Avant tout propos, permettez-moi de rendre grâce à Allah, le Tout Puissant, le Miséricordieux, pour m’avoir donné la force et l’énergie nécessaires pour servir mon pays, en tant que Membre du Gouvernement, durant ces vingt-huit derniers mois.

Ma profonde gratitude et ma reconnaissance vont à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Professeur Alpha CONDÉ, pour la confiance placée en ma modeste personne, en me nommant comme membre du premier Gouvernement de son deuxième mandat.

Exercer la fonction de Ministre du Budget a été pour moi un immense honneur mais surtout une mission noble, exaltante et stimulante pour servir avec abnégation, en toute humilité et en toute loyauté, ce pays qui mérite un bien meilleur sort.

Je m’en voudrais si je ne remerciais pas, ici et maintenant, tous les cadres et agents du Ministère du Budget qui ont soutenu ma vision et ma démarche, et ont accepté, sans condition, de s’inscrire dans la dynamique de réformes que j’ai bien voulu impulser dans ce département ô combien stratégique et transversal.

 

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Au cours des vingt-huit mois passés à la tête du Ministère du Budget, j’ai donné le meilleur de moi-même, en toute loyauté, pour accompagner la mise en œuvre du programme de société du Président de la République, avec une obsession de délivrer des résultats contribuant à améliorer les conditions de vie de nos populations tout en respectant les engagements pris par le Gouvernement en adéquation avec le programme du Chef de l’Etat et vis-à-vis des partenaires techniques et financiers de notre pays.

C’est pour cela que, dès le lendemain de ma nomination, j’ai dressé un plan d’actions autour de la poursuite de la réforme des finances publiques, de la modernisation de l’administration par l’informatisation et le renforcement des capacités du cabinet et des directions techniques relevant du département.

Au titre de la poursuite de la réforme des finances publiques, sous ma responsabilité, le Ministère du Budget, a réussi entre autres :

  • à élaborer et mettre en œuvre la nouvelle nomenclature budgétaire de l’État ;
  • à élaborer la nomenclature des pièces justificatives des dépenses publiques ;
  • à définir les délais référentiels dans la chaîne d’exécution budgétaire ;
  • à basculer progressivement vers la programmation budgétaire pluriannuelle à travers l’implémentation des cadres budgétaires et de dépenses à moyen terme ;
  • à encadrer l’exécution des dépenses publiques grâce à des plans d’engagement trimestriels en cohérence avec les plans de trésorerie ;
  • à renforcer l’exécution des dépenses publiques par la sensibilisation des ordonnateurs et des acteurs impliqués dans la chaîne dépenses et la production des rapports trimestriels d’exécution budgétaire ;
  • à améliorer la gestion des risques budgétaires par le renforcement de l’exercice de la tutelle sur les établissements publics de l’État à caractère administratif ;
  • à adapter la politique fiscale aux standards internationaux par l’ajustement de certains types d’impôts ;
  • à formaliser progressivement le secteur informel à travers l’ouverture de centres de gestion agrées dont le tout premier a été inauguré le 17 juin 2018 à Matam ;
  • à améliorer la gestion des dépenses fiscales qui grèvent considérablement les recettes publiques ;
  • à opérationnaliser la décentralisation budgétaire par la mise à la disposition des collectivités locales des ressources budgétaires qui leur sont destinées de manière régulière et sécurisée ;
  • à promouvoir la transparence budgétaire par la diffusion des informations relatives aux finances publiques, l’élaboration d’un budget citoyen et la mise en place d’une cellule de veille communicationnelle autour d’un site web régulièrement alimenté.

 

Au titre de la modernisation de l’administration par l’informatisation, au terme des vingt-huit mois qui s’achèvent, le Ministère du Budget a délivré entre autres :

  • l’application informatique pour générer les Bulletins de Salaire de l’Etat ;
  • l’application de gestion de l’immatriculation des marchés publics ;
  • la finalisation de la refonte informatique de l’administration fiscale ;
  • la plateforme de gestion des billets d’avions pour les déplacements des agents de l’État ;
  • la plateforme de gestion des données de recensement des immobiliers dans le cadre de la collecte du produit de la contribution foncière unique ;
  • la licence Oracle authentique pour les régies ;
  • l’interconnexion des régies de recettes avec la Banque centrale de la République de Guinée.

Au titre du renforcement des capacités de l’administration, plusieurs actions ont été initiées aboutissant à des résultats tangibles. Il s’agit, sans être exhaustif :

  • de la mise en place des comités de politique budgétaire, d’engagement et d’experts en finances publiques ;
  • de l’adaptation et de l’ameublement du cadre organique de la direction nationale du budget ;
  • de la dotation des régies financières en infrastructures et en moyens logistiques ;
  • du renforcement du système de collecte et de sécurisation des recettes fiscales par la digitalisation et la bancarisation du paiement de certains impôts et taxes (vignettes et droits de timbre à l’importation) ;
  • de la création :
    • du Service de communication et des relations extérieures ;
    • du Service de modernisation des Systèmes d’Information ;
    • de la Commission de Recours et d’Expertise Douanière ;
    • de la Brigade Spéciale d’Intervention Rapide (BSIR) de Mamou ;
    • du Bureau de Dédouanement à Dapilon ;
    • du Secrétariat permanent des Centres de Gestion Agréés pour l’étude et l’évaluation des demandes d’agrément pour l’ouverture d’un Centre de Gestion Agréé.

 

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Le difficile contexte socio-économique et politique que connait actuellement notre pays, conjugué avec des attentes très pressantes des populations en termes d’amélioration de leurs conditions d’existence, nécessitent que les gouvernants poursuivent et intensifient les réformes profondes et pérennes pour répondre efficacement, et au mieux, aux revendications tout à fait légitimes de nos concitoyens relatives à la bonne gouvernance, à la sécurité et à la réalisation des infrastructures socio-économiques de base.

Pour relever ce défi de résilience de notre pays, il est impératif que nous nous inscrivions dans l’accomplissement de notre rêve commun de faire de la Guinée une économie émergente, une réalité dans le moyen terme, comme l’ambitionne le Président de la République.

C’est pourquoi, nous devons très rapidement prendre notre responsabilité de faire face au financement et à la mise en œuvre du plan national de développement économique et social.

Pour y arriver, la poursuite méthodique de l’effort de mobilisation des ressources internes s’impose donc comme un impératif à tous pour braver les pesanteurs sociales et politiques. C’est pourquoi, il serait vivement souhaitable :

  • de poursuivre et d’intensifier les réformes des finances publiques ;
  • de poursuivre la refonte de notre politique fiscale ;
  • d’accélérer la modernisation de l’administration par la digitalisation ;
  • de renforcer le capital humain pour assurer la mise en œuvre réussie des réformes ;
  • de lutter efficacement contre la corruption, la fraude, l’éviction et l’évasion fiscales ;
  • de promouvoir la transparence budgétaire par la diffusion des informations relatives au budget de l’État et le renforcement de l’accès de nos citoyens aux informations sur les finances publiques ;
  • de conduire à son terme le processus en cours de sélection du partenaire pour le Guichet Unique pour le Commerce Extérieur.

Ces réformes ne feront certes pas que des heureux, mais compte tenu de l’urgence et des besoins exprimés, la nécessité de les mener, de manière intelligente et inclusive, interpelle notre conscience, notre patriotisme et notre engagement car en fin de compte, le seul qui importe, c’est notre pays, la GUINEE, et rien d’autre.

Je m’empresse aussi d’ajouter qu’aucune de ces actions n’était personnelle, au contraire elles étaient guidées par le souci d’appliquer les bonnes pratiques administratives en matière de gestion des finances publiques.

Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Les réformes et les actions menées au cours de ces deux ans et demi passés à la tête du Ministère du Budget ont été rendues possibles grâce aux appuis constants et renouvelés des partenaires au développement. Je leur reste reconnaissant pour le chemin parcouru ensemble et je les invite à poursuivre dans la même dynamique et avec la même énergie avec le nouveau Ministre du Budget ainsi que toute son équipe.

Pour ma part, je sors de deux ans et demi d’expérience extraordinaire en matière de pilotage de l’administration publique. À cette occasion, je voudrais, une fois encore témoigner ma profonde reconnaissance à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Professeur Alpha CONDE, pour cette confiance placée en ma modeste personne. Je lui exprime toute ma gratitude.

À toute l’équipe de conseillers et d’assistants, aux collaborateurs de près et de loin, et à tous merci pour le soutien Ô combien important.

À ma modeste famille pour son appui inconditionnel dans cette mission de service public.

Que la force soit avec nous !

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens !

 

Je vous remercie.