Rencontre des ministres du Budget, de l’économie et des Finances et celui des travaux publics avec les operateurs économiques et des patrons des Banques et Assurances

183

Cette rencontre des Ministres intervenants dans le secteur des finances publiques avec les opérateurs et cadres des Banques et Assurances s’est inscrite autour de trois axes principaux. D’abord la communication sur le délai d’enregistrement des entreprises au code des Numéros d’Identification Fiscale Permanant, la mobilisation des fonds pour le financement des projets d’infrastructures routières, l’assurance des opérateurs économiques en Guinée et le projet Mercury. La rencontre a connu une forte mobilisation des acteurs concernés à tous les niveaux.

Le Ministre du Budget a tout d’abord demandé aux opérateurs économiques évoluant en Guinée de s’enregistrer au NIF permanent. Autrement, ils s’exposeront aux conséquences après expiration du délai d’enregistrement. A date, l’entreprise ne sera plus autorisée à poursuivre ses activités sur le territoire Guinéen.

Ismaël Dioubaté a aussi signalé la recrudescence de la demande de licence au niveau de l’APIP. Pour lui, cela traduit la volonté de certains opérateurs qui doivent à l’Etat, de se débarrasser de leurs anciens codes NIF pour fuir leurs obligations vis-à-vis du fisc. Le Ministre du Budget a tenu à rassurer ceci de la volonté des autorités de communiquer avec eux, pour trouver un rééchelonnement du payement de leurs dettes.

Il a également annoncé que dorénavant, tous les opérateurs économiques doivent s’assurer près des sociétés d’assurance en Guinée.

Avant de terminer son intervention, Monsieur Dioubaté a fait savoir aux opérateurs économiques, aux banquiers et assureurs qu’un autre projet de réforme sera bientôt mis en place. Il s’agit du projet Mercury, une reforme de traçabilité des TVA. Il va consister à installer au niveau des grandes entreprises des boitiers pour enregistrer des factures qui seront confrontées aux déclarations mensuelles uniques des entreprises pour enfin tirer une conclusion.

Les ministres ont par la suite écouté les suggestions et inquiétudes des banquiers et opérateurs économiques, auxquelles Ils ont répondu avec satisfaction.