Fin de la mission du Fonds Monétaire International en Guinée

298

La délégation du Fonds Monétaire International a bouclé ce samedi 4 mai 2019 sa mission sur la revue du Programme économique et financier. Au cours de la conférence de presse qui a sanctionné la fin des travaux, monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances a dressé les objectifs de cette mission du FMI.

Pour Mamady Camara les discussions pour l’évaluation du programme FEC (Facilité Elargie de Crédit) ont porté essentiellement sur les réalisations comparées du programme relatif aux critères quantitatifs, aux objectifs indicatifs et aux repères structurels au 31 décembre 2018 et aussi sur la revue des résultats à fin mars 2019.

Les discussions avec la mission du FMI sur ces différents points ont donné des résultats probants selon le Ministre. Sur le premier objectif, les discussions ont abouti à la conclusion que les critères de performance tels que définis par le programme ont été largement atteints au 31 décembre 2018. De même que l’objectif indicatif concernant les dépenses de filets sociaux. Seuls les objectifs relatifs à la collette des recettes fiscales et à la variation des arriérés domestiques sur base nette n’ont pu être réalisés à cause notamment des mouvements sociaux, qui ont eu un impact négatif sur la mobilisation des recettes intérieures selon le Ministre. Malgré tout, les performances budgétaires et monétaires ont été bonnes. Ce qui a permis de maintenir l’inflation en glissement annuel dans les limites du programme, soit 9,8 %. Les autres variables macroéconomiques se sont également bien comportées. Notamment le solde extérieur, et le taux de croissance qui se chiffre à 6,3%.

Sur le second objectif de la mission, les discussions sur les résultats budgétaires et monétaires à fin mars 2019, comparés aux objectifs indicatifs qui leur sont associés ont montré dans l’ensemble que les perspectives à fin juin et fin décembre de cette année se présentent sous de bons auspices.

A l’issue des discussions, les deux parties se sont accordées sur le nouveau cadrage budgétaire et monétaire ainsi que sur les projections révisées au niveau du secteur réel et du secteur extérieur. Les discussions se poursuivront après le départ de la mission pour avoir un cadrage définitif.

Ensuite, il est revenu à Giorgia Albertin, chef de la délégation du Fonds Monétaire International de s’exprimer sur la performance de l’économie guinéenne. Pour elle, on peut dire qu’on voit enfin en Guinée, une économie qui est en train d’avoir une croissance importante, une croissance forte. Elle a également salué l’importante amélioration des réserves de la Banque Centrale de la République de Guinée. Madame Albertin a apprécié le bon élan de réforme en Guinée et a souhaité sa pérennisation.

En outre, pour la cheffe de la mission du FMI, le grand défi des autorités guinéennes, est de rendre cette croissance forte, en croissance inclusive et partagée par la population. La mobilisation des recettes fiscales pour assumer les dépenses prioritaires reste aussi un enjeu clef pour le pays. La mission a également demandé à l’Etat guinéen de poursuivre les reformes concernant les subventions énergétiques afin de libérer de l’espace pour soutenir les dépenses sociales et de poursuivre une politique monétaire prudente pour continuer à gérer les pressions inflationniste